Jean-Pierre LECLERCQ & Anne HENRY : Les "experts" en série...


"Estampillés "experts", ces deux psychiatres ne sauraient eux non plus se plaindre des dérives locales, 
leur "calendrier" d'expertises étant bouclé plusieurs mois à l'avance. 
A tel point d'ailleurs qu'à Rennes, un rendez-vous dans un cabinet d'ophtalmologie s'obtient plus rapidement !

A l'instar de la clique d'imposteurs estampillés "enquêteurs sociaux" et "experts psychologues", 
ces deux individus sont rapidement devenus "auxiliaires professionnels"
 à temps quasi-complet grâce à la voyoucratie robenoirée rennaise.

A 300 euros facturés par "rapport", il est cependant étonnant que ces "spécialistes" 
voient leurs "travaux" rémunérés près de 4 fois moins que les imposteurs intervenant en amont.

Ces deux créatures brillent en tout cas l'une et l'autre par leur incompétence, 
laquelle ne peut être excusée que par le rythme auquel elles "enchaînent" les missions.

A titre d'exemple, Anne HENRY, pourtant également prétendument "docteur ès Lettres" 
se permettra d'écrire sans la moindre précaution :
 [pièce]. 
Elle passera évidemment totalement à côté de la personnalité aussi perverse que manipulatrice de "Madame",
 les cinq premières lignes du "rapport" contenant pas moins de trois énormes mensonges...

Notons que c'est suite aux écrits rendus "en son honneur et en sa conscience" par Olivier COLDEFY
 que le faisant office de digne et loyal magistrat François HEINISCH dirigera Monsieur LE HUEC et "Madame"
 vers les ornières de l'expertise psychiatrique, avec cette perle :

"Pour ne pas renforcer [pièce]

Justifier d'un "état psychiatrique" pour éduquer un enfant 
- uniquement tant que l'autre parent est vivant, uniquement jusqu'à sa majorité, et EN AUCUN CAS tout autre enfant - 
relevant d'une flagrante dérive, Monsieur LE HUEC refusera légitimement 
de cautionner ce qu'il qualifie d'"usage moscovite de la psychiatrie".

Du reste, le prototype coldefien s'étant montré particulièrement défaillant,
il paraissait logique de se passer du modèle en série présentant lui aussi des défauts, quoique moindres.

La digne et loyale magistrature manœuvrant près la cour d'appel de Rennes persistera dans son incurie en 2007 
en dirigeant Monsieur LE HUEC vers Jean-Pierre LECLERCQ, "industriel de l'expertise".

Monsieur LE HUEC refusera évidemment encore de cautionner - qui plus est en le finançant - un usage déviant de la psychiatrie.

Comme l'enquête sociale", les "expertises" tant psychologiques que psychiatriques tiennent de l'imposture, 
en ce sens qu'excepté le cadre d'une séparation, aucune conclusion logique n'est tirée des écrits.

Par exemple, au cas présent, si Monsieur LE HUEC a été "jugé" "inapte" à éduquer Lucas, il ressort toutefois que :
- En cas de décès de sa très sainte "mère", l'enfant lui serait confié ;
- Les diverses "pathologies" dont il serait atteint disparaitraient à la majorité de l'enfant ;
- Il est peut-être à nouveau géniteur d'autres enfants sans que cela n'"inquiète" qui que ce soit.

Il en va de même pour les "lieux" dits "neutres", que l'auteur de ce blog qualifie de "Drancys" contemporains.

Face à tant de non sens, c'est Monsieur LE HUEC qui se voit taxer de "délirant massif" !
Autant dire qu'il s'en flatte.

A l'instar de nombre de professionnels du droit, Monsieur LE HUEC qualifie également les "experts" psychiatres d'imposteurs.

Voici donc les raisons qui le poussent à émettre un tel avis.

----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 1 - Un exemple d'"expertise" du "docteur" Jean-Pierre LECLERCQ


 ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

2 - Jean-Pierre LECLERCQ, menteur par omission [capacités mnésiques défaillantes]


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire